Rennes, Le cœur de la Bretagne

Place et maisons à colombage de Rennes

Laissez vous surprendre par la capitale bretonne, admirez la richesse de son patrimoine avec notamment le Palais du Parlement de Bretagne, les places royales et son Musée des Beaux-arts. Découverte…

Il est agréable de déambuler dans les rues étroites et sinueuses bordées de nombreuses maisons à pans de bois colorés de la cité. Si vous appréciez les marchés, rendez-vous au marché des Lices le samedi matin. On dit qu’il s’agit du second marché alimentaire de France par son importance. On peut aussi se reposer en terrasse, réaliser ses emplettes au cœur du centre ville réservé aux piétons… ou encore se détendre dans le parc du Thabor, l’un des jardins publics les plus réputés de France.

L’essor de Rennes …

Depuis le 15e siècle, les jardins valorisent la ville. Ils sont à la fois des lieux de loisirs et de détente. Esthétiques et contemplatifs, ils incarnent, aux 18e et 19e siècles, des modèles du genre. Le jardin Thabor, le plus prisé, fut réaménagé par les frères Bühler et présente un décor paysager classique français mêlé à des jardins empreints du pittoresque anglais.

Au 15e siècle, l’essor de Rennes fait que l’on érige deux nouvelles murailles au nord-est et au sud de la Vilaine ce qui augmente la superficie de la ville close. Elle passe de 9 à 62 hectares. La tour Duchesne et les portes Mordelaises restent aujourd’hui les principaux vestiges fortifiés de cette époque.

Ici, on trouve des maisons à pans de bois car les forêts furent toujours importantes dans la région. A Rennes, comme dans l’ensemble du duché de Bretagne, on a construit avec des pans de bois jusqu’au milieu du 17e siècle. Un incendie fit toutefois des ravages, le 23 décembre 1720 en détruisant plus de 900 maisons et bâtiments.

Néanmoins, autour de l’épicentre de la cité subsistent de nombreuses maisons à pans de bois dont les façades ont été mises en valeur.

A découvrir également : Salon international du tourisme de Rennes et de Nantes

Rennes est également une  « ville de pierre ». Après le gigantesque incendie, on a assisté à un renouveau urbain et la ville fut repensée par l’ingénieur Isaac Robelin. On assista à un programme d’embellissement de Rennes, centré sur la partie détruite autour de deux places royales comme l’actuelle place de l’Hôtel de Ville et du Parlement.

Le Parlement de Bretagne, une grande curiosité…

On ne peut pas passer dans la capitale de cette région sans s’attarder sur le parlement de Bretagne.

Avant son annexion à la France en 1532, la Bretagne était dotée d’une juridiction appelée Parlement et présidée par un « juge universel de Bretagne ».  Charles VIII épouse la duchesse Anne en 1491 puis réorganise la juridiction existante et lui donne le nom de « grands jours ». En mars 1554 avec l’édit de Fontainebleau,  Henri II fait du Parlement de Bretagne, une cour de justice souveraine provinciale. Elle enregistre alors les Edits royaux et autorise à faire des remontrances au roi en cas de non conformité à la tradition locale. Actuellement, on admire ce bâtiment pour son histoire et son architecture.

Et puis, si vous séjournez à Rennes, on vous invite à parcourir le Musée des Beaux Arts. Ses collections sont notamment composées de saisies d’objets d’art durant la Révolution, et notamment celles de l’ancien président au Parlement de Bretagne Christophe-Paul de Robien.

Les oeuvres sont exposées dans l’ex-palais universitaire, inauguré en 1855, et devenu en 1911 « palais des musées ». Au détour de votre visite, vous admirerez des toiles de grands noms comme Véronèse, Rubens, Chardin, Picasso… mais le chef-d’oeuvre incontestable du musée demeure « le nouveau-né », peint par Georges de la Tour.

Qu’on se le dise !

Back To Top